Nos objectifs

Nos objectifs
Le but premier de l’association est de venir en aide aux populations atteintes par la maladie du Noma, aux enfants qui en sont les premières victimes. Son champ d’action se situe au Burkina Faso, au Bénin, Au Mali mais également à Madagascar, au Cambodge et au Laos dans des lieux concernés par ce fléau silencieux.

REDONNER UN VISAGE AUX ENFANTS

Le but premier, parmi les objectifs de l’association Les enfants du Noma, est de venir en aide aux populations atteintes par la maladie du Noma, aux enfants qui en sont les premières victimes. Son champ d’action se situe au Burkina Faso, au Bénin, Au Mali mais également à Madagascar, au Cambodge et au Laos dans des lieux concernés par ce fléau silencieux.

Face aux sollicitations de la population et parce que le nombre d’enfants touchés par le Noma recule grâce à la prévention, l’association opère désormais aussi des tumeurs et fentes labiales, ainsi que d’autres problèmes sur lesquels la chirurgie maxillo-faciale peut intervenir.

En rendant aux enfants un visage, l’association leur redonne un avenir et les réintègre dans leur société. L’enjeu principal, avant la médiatisation de notre cause et la sensibilisation du grand public, est d’être au service des enfants démunis pour leur donner une vie meilleure.

Pour cela nous voulons chaque année :

  • Assumer nos missions annuelles
  • au Burkina Faso
  • au Bénin
  • à Madagascar
  • Au Cambodge
  • Au Laos
  • Et dans d’autres pays encore
  • Remplacer le matériel vétuste ou usagé pour opérer en toute sécurité
  • Utiliser à plein les capacités d’accueil de la Maison de Fati pour et en dehors des missions
  • Créer des formations universitaires dans les pays où nous intervenons.
  • Etendre le champ d’action à d’autres pays touchés par le Noma.
  • Traiter les adultes : 500.000 survivants au Noma vivent actuellement dans le monde, sans traitement.
  • Diffuser massivement les campagnes de communication.

 

LES ENJEUX POUR L’ASSOCIATION

 

  • Continuer à opérer

    Pour que plus d’enfants et même d’adultes puissent en bénéficier.

  • Participer à la formation des chirurgiens locaux est essentiel pour l’association. Former des chirurgiens, des médecins, des infirmiers, aux techniques spécifiques de la chirurgie maxillo-faciale et orthopédique, sur place, pour que les équipes soient de plus en plus autonomes. Nous souhaitons de créer des formations universitaires dans les pays où nous intervenons.

    Former pour pérenniser

  • Equiper les hôpitaux

    Les équipes médicales qui interviennent, apportent sur place l’équipement nécessaire aux interventions. En cours d’année, les membres de l’association, aidés par des hôpitaux français, des cliniques, des laboratoires, des associations partenaires, collectent le matériel médical et chirurgical pour équiper les lieux d’intervention qui leur servent de base afin de remplacer le matériel vétuste ou usagé pour opérer en toute sécurité.

  • Le Noma est méconnu. Plus l’opinion sera informée, ici et là-bas, plus on luttera contre cette maladie révoltante, plus on l’endiguera. L’association participe activement à la sensibilisation de l’opinion sur cette maladie, à travers les médias, des évènements… Il faut que ses messages soient diffusés plus largement et puissamment.

    Faire connaître la maladie